Colloque RESEDA, article de presse

Colloque RESEDA, article de presse

Un colloque international pour présenter les dispositifs innovants sur les maladies neurodégénératives.

Le dixième colloque du Réseau Alzheimer Bourgogne-Franche-Comté a rassemblé mardi 13 novembre 320 personnes à la Commanderie.

Une journée internationale portant sur les dispositifs innovants traitant les maladies neurodégénératives avec des intervenants du Canada, d’Italie, de Suisse et de France.

Ce réseau, fondé en Bourgogne comprend depuis juillet dernier la région Franche-Comté et parmi l’assistance de professionnels de santé, des généralistes, spécialistes, infirmiers, directeurs d’établissements médico-sociaux, hospitaliers, venus des quatre coins de la région de Nevers à Belfort. « En France, 1 500 000 personnes sont atteintes de maladies neurodégénératives dont un million de la maladie d’Alzheimer », rappelle le président du Reseda, le docteur Imad Sfeir, gériatre qui a ouvert le colloque aux cotés de Pascal Jobez, adjoint au maire de Dole, chargé de la santé.

Une approche moins basée sur les médicaments

Le réseau qui vise à améliorer la prise en charge des patients atteints de maladie d’Alzheimer a basé cette journée sur les dispositifs innovants dans les maladies neurodégénératives « Ici et Ailleurs ».

Pour le médecin Imad Sfeir, il faut arriver à une prise en charge de ces patients de moins en moins médicamentée au profit d’autres dispositifs. Christiane Roosen, psychologue clinicienne a démontré qu’avec son dispositif TIPATSMA, un grand pas semble avoir été franchi. Des tableaux constitués d’éléments interactifs installés dans un lieu stratégique du parcours de déambulation des patients stimulent les sens, la motricité et l’activité cognitive des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Tiphaine Chatton et Francis Lacoste, directeur du village landais Alzheimer, ont présenté le premier village français du nom installé à Dax.

Le président de Reseda remercie la psychologue clinicienne Christine Roosen pour son intervention.
Au pupitre, Silvia Vettor Psychologue clinicienne en Italie.  Photo Joëlle PERRIN

Pas de commentaires